Je ne suis pas ton fétiche

Tu m’as envoyé un message sur cette application sur laquelle on va pour faire des rencontres.  Tu m’as dit avoir trouvé mon profil intéressant.  Tu as complimenté mon sourire et mon regard.  J’ai hésité quelques instants avant de te répondre, je dois l’admettre.  Je n’étais pas certaine que nous recherchions la même chose.  Tu semblais vouloir une partenaire à vie tandis que je cherchais que de la compagnie pour passer quelques bons moments.

J’ai fini par te répondre et nous avons échanger quelques messages.  Tu m’as donné ton numéro de téléphone et me disant que tu aimerais me connaître un peu mieux.

Lors de notre première et seule conversation téléphonique, tu m’as avoué que la raison pour laquelle mon profile avait attiré ton attention c’est parce que je suis une femme noire.  De plus, tu as ajouté que tu « trippais pas mal sur les femmes rondes ».  Quand je t’ai demandé pourquoi, tu m’as répondu que jeune tu avais vu une scène dans un film érotique figurant une femme de couleur avec des belles fesses et des gros seins et depuis tu avais toujours fantasmé sur l’idée de baiser une Noire.

« Je ne suis pas ton fétiche ».  C’est ce que j’ai voulu te dire à cet instant, mais je ne l’ai pas fait.  Je ne l’ai pas dit parce qu’au fond de moi je sais très bien que ça ne changera pas.  Pour toi je serai toujours un objet de fantasmes.

Toi, tu me regardes avec tes idées préconçus et tes souvenirs pervers.  Tu me qualifies, me justifies, me catégorises.  Dans tes paroles j’entends la perte de toute identité qui me rend unique et je suis réduite qu’à une enveloppe servant à rassasier tes fantaisies.  Dans tes mots, tu as décidé de redéfinir ma sexualité.  Elle ne m’appartient plus.

Mais je ne suis pas un fétiche.  Tu sais moi, quand je me regarde dans le miroir, ce n’est pas ce que je vois.  Je vois une femme avec la peau foncée.  Aussi simple que ça.  Je vois une femme qui voudrait que les regards des autres soient tendres et respectueux à son endroit. Qu’on l’apprécie pour tout ce qu’elle est et a à offrir et non ce qu’elle peut représenter.  Je vois une femme douce et forte, timide et impulsive, libre et amoureuse, réfléchie et drôle, soumise et rebelle.

Ce n’est pas que je n’aimerais pas être l’objet de tes désirs, c’est surtout que je voudrais que tu désires tout ce qui me qualifie en réalité.  Ma fierté d’être une femme, ma culture, ma force intérieure souvent mise à l’épreuve, mon humour qui parfois peut être déplacé, mon affection que j’exprime sans retenu et qui parfois intimide les autres, ma sensualité souvent fragilisée par des attentes préconçues et le rejet constant quand je ne suis pas à la hauteur de ces attentes.  Malgré tous les hauts et les bas traversés récemment je m’efforce de briller, je refuse de laisser ce feu au fond de moi s’éteindre, même si quelquefois c’est vraiment difficile.

Je voudrais que tu me désires parce que je te fais sourire quand tu penses à moi; parce que tu me trouves charmante et à la fois ridicule quand je chante faux sur une toune de Cœur de Pirate et parce que je suis une des rares personnes qui catch tes références de Seinfeld.

Je ne suis pas un fétiche.  Je voudrais tellement que tu arrêtes de me voir comme une femme qui ne mérite pas ta délicatesse et ton égard.  Je voudrais pouvoir te montrer ma vulnérabilité sans qu’elle te fasse peur ou qu’elle te dégoûte.  Je voudrais que tu voies la femme qui fantasme sur l’homme qui sera assez fort pour avoir le courage de la regarder dans les yeux et d’admirer celle qu’elle ose être.

Mais pour toi je ne suis qu’un fétiche.  Tu sais, je comprends ton attirance pour mon teint chocolaté.  En tout honnêteté, j’en suis moi-même très fière.  Je me regarde dans le miroir et souvent j’arrive à me trouver belle.  Avec mon teint fortement basané et mes rondeurs un peu trop prononcées pour les standards de la société, je vois une femme qui, malgré tous les messages négatifs qu’elle reçoit, réussit à s’aimer un peu plus chaque jour.

La couleur de ma peau t’amène à penser que je suis cochonne, que je ne cherche qu’à faire plaisir aux hommes.  Ma grosseur t’induit en erreur et tu t’imagines que je suis complexée.  Ça t’a fait rire de m’agacer en me disant que j’utilisais surement mes grosses fesses pour « pogner », comme si je n’avais rien d’autre à offrir pour charmer un homme.  Tu me veux dominante, salope et perverse et moi j’ai presque peur de te décevoir, parce que je ne suis aucune de ces choses.

Je ne suis pas un fétiche.  Je suis une femme amoureuse qui aime l’affection.  Je suis sexuelle, sensuelle, épicurienne et à l’aise avec mon corps.  Je n’ai pas des grosses fesses et je ne suis pas adepte du Twerk.  Et oui, je suis aussi Noire et grosse. Non, je ne veux pas que tu me la mettes dans le cul mais oui, je voudrais qu’un HOMME me fasse l’amour.  Qu’il me laisse m’exprimer en tant que femme.  Je voudrais ses baisers, ses douceurs, son regard tendre sur moi.   Je voudrais pouvoir me laisser aller et me sentir en sécurité dans nos ébats.  Qu’il me regarde m’extasier et jouir sans jugement.

Mais pour toi je ne suis qu’un fétiche, qu’un objet de fantasme.  Pendant que tu continuais de parler, j’ai aperçu mon reflet dans le miroir et j’ai vu une femme au regard triste.  J’ai vu en elle, l’espoir quitter ses yeux tranquillement, silencieusement.  J’ai vu une femme qui n’avait plus l’envie de te demander de l’accepter.  J’ai vu une femme qui, malheureusement s’était résignée à accepter ce qu’elle était à tes yeux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *